Impuissance et Alcool – La Vérité Cachée

Impuissance et Alcool – La Vérité Cachée – Photo credit: Foter.com / CC0

Selon les dires de certains, l’alcool stimulerait le désir sexuel, pour d’autres, c’est plutôt la panne sexuelle directe ! Quel est le lien entre l’impuissance et l’alcool ? Nous vous révélons la vérité cachée derrière ce phénomène on ne peut plus banal !

L’alcool et de belles érection, est-ce une liaison dangereuse ?

Si l’alcool avant le passage à l’acte vous affecte sévèrement, il y a des raisons scientifiques qui expliquent cela.

Le plus souvent, les raisons sont de l’ordre de la quantité et de la qualité de l’alcool ingéré.

Impuissance et Alcool – Une Question de Quantité

La relation entre l’alcool et l’érection est bien plus nuancée que les camps opposés de ceux qui le considèrent comme un aphrodisiaque et ceux pour qui la « panne » est inévitable.

Au niveau de l’impuissance, cela se joue surtout sur la quantité.

Lorsque nous buvons un à trois verres cela semble améliorer la qualité de l’érection. Néanmoins, cette amélioration serait plutôt d’ordre psychologique. La personne buvant l’alcool s’attend partiellement à ce que l’alcool lui fasse cet effet, donc, un effet placebo, en somme.

10 APHRODISIAQUES PUISSANTS

Notre Guide Indispensable est Maintenant Disponible Pendant Un Temps Limité GRATUITEMENT

  • Accèdez immédatement ce guide et commencez à avoir des bonnes érections FORTES ce soir sans aucun engagement!

Dans un autre cas de figure, l’effet désinhibant de l’alcool favorise l’esprit créatif, la libido et le désir, et il réduit l’anxiété – ce dernier peut être à l’origine de « pannes » sexuelles. Il semblerait également qu’une consommation modérée d’alcool retarde l’éjaculation, prolongeant ainsi le plaisir et les chances d’atteindre un orgasme… en duo !

Quand on passe le cap de quelques verres en plus ou de trop… cela produit l’effet inverse. C’est alors que les difficultés à obtenir ou à maintenir une érection se font sentir. L’impact sera d’autant plus négatif, si les quantités d’alcool absorbées sont importantes.

Cependant, ces difficultés cessent une fois que les effets de l’alcool deviennent inexistants.

Par contre, si la consommation excessive d’alcool devient régulière le problème va s’aggraver dramatiquement !

Impuissance et Alcool – Alcoolisme

La consommation régulière d’alcool, modérée ou non, peut éventuellement se transformer en alcoolisme.

Une consommation trop fréquente n’est certainement pas un bon moyen d’améliorer ses performances sexuelles. Si vous buvez pour vous détendre avant l’acte sexuel, prenez gare à que cela ne devienne pas une habitude. À plus ou moins long terme, vous allez développer de gros problèmes au niveau sexuel et ne parlons pas de votre santé qui va prendre cher !

Et n’oublions pas la dépendance: plus vous buvez, plus votre organisme s’adapte et plus vous devrez augmenter votre consommation d’alcool pour ressentir le même effet.

L’alcoolisme, même précoce, peut atteindre le foie, les nerfs qui contrôlent l’érection, affecter la circulation sanguine – essentielle pour bien bander – et il peut diminuer le taux de testostérone – une hormone indispensable pour une vie sexuelle satisfaisante et surtout, votre libido !

Une étude a démontré que parmi les sujets alcooliques, 63% d’entre-eux souffraient d’une dysfonction érectile ! (1)

Plus récemment, une autre étude a mis en évidence que parmi la centaine de sujets, 72% souffraient d’une ou plusieurs dysfonctions sexuelles. (2)

Éventuellement, l’alcoolisme va détruire votre foie, petit à petit. Le foie et le taux de testostérone sont intimement connectés. Si votre foie n’est pas en bonne santé, il ne pourra pas filtrer les toxines.

Parmi ces toxines, il y a en a qui sont œstrogéniques – des dérivés de l’hormone féminine, l’œstrogène – celles-ci vont perturber votre système endocrinien et réduire drastiquement vos hormones masculines.

Un désastre pour votre libido et vos érections ! Et…votre santé.

Halte à l’impuissance et l’alcool !

Bonne nouvelle : Si votre foie n’est pas trop atteint, il peut se régénérer et devenir performant à nouveau. Pour ce faire, il faut bannir ou diminuer drastiquement sa consommation d’alcool, manger équilibré (avec des aliments qui favorisent la testostérone, par exemple) et pratiquer une activité sportive régulièrement !

Reprendre le contrôle sur son alimentation est primordial pour améliorer votre santé et la qualité de vos érections. Privilégiez les aliments non-transformés et de préférence, biologiques – la viande traditionnelle est bourrée d’hormones et de divers antibiotiques.

Évitez les emballages en plastique qui peuvent contenir des traces de toxines néfastes.

Plutôt que de boire de l’alcool, revenez à la boisson de la vie : l’eau !

Il va falloir vous hydrater régulièrement avec un minimum d’un litre et ½ par jour voire 2 ou plus si vous faites du sport. Essayez de vous procurer une carafe filtrante ou un système de filtration à placer sur votre robinet pour filtrer l’excès de toxines et autres substances nocives.

Quand au sport, c’est l’arme ultime pour remettre votre corps d’aplomb. Les exercices cardiovasculaires aideront votre corps à se rétablir et à évacuer un maximum de toxines liées aux abus. C’est également un excellent moyen pour augmenter votre taux de testostérone naturellement !

Pratiquez une activité sportive intense au moins 4 fois par semaine. Augmentez l’intensité peu à peu.

Si vous voulez en savoir plus: lisez cet article!


Donc, l’alcool est à proscrire, si vous souhaitez avoir de bonnes érections. Néanmoins, si vous avez bu un verre ou deux, à priori, vous pourrez toujours être performant. À vous de tester !

Rappel : L’abus d’alcool est dangereux. Allez-y mollo en soirée, votre corps vous remerciera dans quelques années ! Enfin non, le lendemain ! 😉 Si vous fumez des clopes ou du cannabis également, veuillez lire nos articles à ce sujet, ils jouent également un rôle sur l’impuissance.

(1) Sexual function and dysfunction in younger married alcoholics. A comparative study. Jensen SB. Acta Psychiatr Scand.1984.
(2) Prevalence of sexual dysfunction in male subjects with alcohol dependence. Bijil Simon Arackal and Vivek Benegal. Indian J Psychiatry. 2007.