Comment Booster sa Dopamine: 7 Techniques Prouvées

La dopamine est un neurotransmetteur qui communique avec le système nerveux. Ainsi, elle influe sur notre comportement, plus précisément sur notre humeur. En effet, la dopamine est cruciale pour se sentir bien. Lorsque vous mangez quelque chose de plaisant ou lors de vos ébats, vous libérez une bonne dose de dopamine. Néanmoins, parfois, il est nécessaire de booster sa dopamine pour pouvoir profiter des choses simples de la vie.

Si vous avez un coup de mou, trop de stress, êtes léthargique, dépressif ou complètement désintéressé par la vie, incorporez les 7 techniques suivantes pour retrouver votre énergie et votre bonne humeur.

Comment Booster sa Dopamine avec ces Techniques Prouvées

Comment Booster sa Dopamine avec ces Techniques Prouvées

Comment Booster sa Dopamine: 7 Techniques Prouvées

Les techniques suivantes n’ont rien de nouveau. Cependant, elles fonctionnent. Elles permettent de booster sa dopamine, sans effets secondaires. Puis, elles feront partie intégrante de votre routine. Ainsi, vous améliorerez votre présent ET votre avenir !

Pour éviter de tout lâcher, il est recommandé de commencer par une ou deux techniques. Par la suite, vous pourrez en incorporer une nouvelle. Grâce à cette évolution progressive, vous aurez plus de chances de ressentir des résultats et surtout, de les faire durer.

Technique n°1 : Améliorez votre Alimentation

Pour garantir le bon fonctionnement de votre corps, il est important de prendre soin de votre alimentation. Par exemple, une mauvaise alimentation aura un impact immédiat sur vos capacités cérébrales et cela inclut, la production de neurotransmetteurs. De plus, une bonne alimentation boostera votre humeur grâce à d’autres facteurs. Comme de bons apports en vitamines, minéraux, matières grasses saines, protéines, peu de glucides et des fibres alimentaires.

Perdre du poids peut également aider à booster sa dopamine. Consultez cet article pour découvrir des régimes pour hommes efficaces et retrouver une alimentation saine.

De surcroît, certains aliments peuvent directement booster votre taux de dopamine. Donc, incluez-les dans votre alimentation améliorée et mangez-les le plus souvent possible.

ebook aliments aphrodisiaque-m


10 Aphrodisiaques Puissants

Notre Guide Indispensable est Maintenant Disponible Pendant Un Temps Limité GRATUITEMENT

Par exemple, les amandes, les graines de sésame, les graines de citrouille, le chocolat noir (plus de 70%), les avocats, les bananes, la pastèque, le bœuf, le poulet, les œufs, le yaourt (bio) et les haricots augmentent votre taux de dopamine grâce à leur contenu en tyrosine. La tyrosine est un précurseur de la dopamine qui éventuellement se transformera en dopamine dans nos corps. (1)

Additionnellement, la phénylalanine est un autre précurseur de la dopamine. Vous en retrouverez dans les produits à base de soja, les poissons, les viandes et les produits laitiers.

Technique n°2 : Complétez avec des Compléments Alimentaires

Certaines carences peuvent avoir un réel impact sur notre santé et nos neurotransmetteurs. Pour en avoir le cœur net, je vous conseille de prendre un rendez-vous pour un bilan sanguin complet.

Par exemple, en Occident, la majorité de la population est déficiente en vitamine D. Donc, la prise d’un complément alimentaire avec de la vitamine D (vitamine D3 pour plus de résultats) est essentielle. Alternativement, vous pouvez prendre un supplément de chlorella ou de spiruline qui contient également de la vitamine D et d’autres bénéfices additionnels (améliore la santé articulaire et osseuse).

De plus, certains médecins recommandent un supplément de vitamine B6 et de la L-phénylalanine pour booster sa dopamine.

Technique n°3 : Établissez un Mode de vie Sain

Mais qu’est-ce qu’est un mode de vie sain ? En somme, il s’agit d’une alimentation saine, une pratique sportive régulière, des moments de détente et de plaisir, et surtout, un bon sommeil !

Après l’alimentation, le sport est essentiel pour garantir un bon taux de dopamine. Celui-ci permet d’accroître l’absorption de calcium, ce qui indispensable pour la production de dopamine.

Cependant, si vous aimez marcher, la randonnée ou les sports à faible impact, ça compte également. Si vous le pouvez, augmentez progressivement votre activité physique. Commencez par un minimum de 3 séances par semaine pendant 45 minutes à chaque fois. De plus, essayez d’incorporer une activité cardiovasculaire (natation, course, foot, basket, etc…) et une activité de résistance (musculation, rame, etc…).

Pour conclure, un mode de vie sain est caractérisé par un sommeil suffisant et régulier. Donc, établissez une routine avant de vous coucher et essayer de vous y tenir, même en fin de semaine !

Après une période de stress, vous êtes en plein burn out. découvrez sans plus attendre les solutions pour passer ce cap difficile!

Technique n°4 : Devenez un Créateur

La création nous permet de rentrer dans un état d’hyper-engagement. En conséquence, nous sommes plus réceptifs lorsque nous créons.

Par exemple, lors de la création (musique, art, écriture, danse, poésie, chant, sculpture, etc…) nous libérons de la dopamine et voilà pourquoi l’art nous fait sentir si bien.

Bien entendu, il faut que cela vous plaise. Donc, trouvez l’activité artistique qui vous convient et n’hésitez pas à tester différentes choses.

Technique n°5 : Terminez-en avec vos Addictions et Devenez Zen

Nous sommes fort nombreux à être accro à quelque chose. Ces addictions nous apportent une satisfaction instantanée. Cela peut être le shopping, la pornographie, la nourriture, l’alcool, le tabac, les drogues, etc…

À long terme, ces comportements de dépendance réduisent notre taux de dopamine. Ce résultat est lié au détraquement du « circuit de récompense » – quand nous sommes dépendants, nous sommes surexcités à l’idée d’enfin avoir l’objet de convoitise et le circuit de récompense libère de la dopamine à foison. Éventuellement, ce « circuit de récompense » apprivoise la dopamine et il devient plus difficile d’en produire pour nos activités normales. (2)

Donc, il est essentiel de faire face à son addiction et de rechercher de l’aide, si cela est nécessaire. Additionnellement, la méditation, le yoga, les arts martiaux et le taï-chi peuvent vous aider à canaliser votre dépendance et rétablir un calme plus stable en vous.

Technique n°6 : Fixez-vous de Nouveaux Objectifs

La dopamine est directement liée au plaisir. Donc, c’est un neurotransmetteur on ne peut plus hédoniste ! Donc, créez une liste avec vos objectifs immédiats et une autre avec votre objectifs futurs. ET accomplissez-les !

En stimulant votre cerveau, non seulement vous réduisez votre risque de maladies cérébrales dégénératives (Alzheimer, au revoir), vous booster également votre taux de dopamine.

Donc, accomplissez vos objectifs et permettez-vous de célébrez cela (en évitant de finir la bouteille de Jack!)

De plus, votre objectif pourrait être de vous abstenir de vous connecter sur FB pendant deux jours… si, si, ça vous fera du bien ! Ou de terminer un projet qui vous tient à cœur !

Technique n°7 : Si Cela Ne Suffit Pas, Consultez votre Médecin

Si vous avez essayé les techniques ci-dessus pour booster sa dopamine sans résultats, il est temps de passer à une solution plus radicale.

Si vous êtes dépressif ou soupçonnez une dépression, et que vous avez activement essayé de remonter la pente sans résultats – consultez un professionnel. Par exemple, un médecin ou/et un psychologue.

Parfois, le naturel ne suffit pas.

Ne jouez pas avec votre santé mentale et n’attendez pas que votre situation s’empire. De plus, n’hésitez pas à en parler avec un proche (ou votre partenaire) qui pourra vous soutenir et vous épauler à chaque étape.


Si votre concentration n’est pas au top, je vous conseille de lire cet article au plus vite.

(1) Effects of systemicl-tyrosine on dopamine release from rat corpus striatum and nucleus accumbens. Matthew J.During, Ian N.Acworth, Richard J.Wurtman. Brain Research. Volume 452, Issues 1–2, 14 June 1988.
(2) Dopamine in drug abuse and addiction: results of imaging studies and treatment implications. Volkow ND, Fowler JS, Wang GJ, Swanson JM, Telang F. Arch Neurol. 2007.

Je partage...